Les techniques de productions.




La solarisation



Commentaires sur la valeur environnementale de cette pratique.

La solarisation n'est pas sans conséquences, puisqu'elle bouleverse profondément la composition des organismes présent dans le sol.
La biodiversité se réduit comme peau de chagrin.
On s'écarte des notions d'agronomies sur sols vivants, pour dériver vers une logique de désinfection, donc une réduction du vivant.

Néanmoins cette pratique contestable sur de nombreux points peu se révéler efficace pour enrailler certaines infestations de pathogènes particulièrement préjudiciable et difficile à éliminer par d'autres techniques.

La solarisation ne doit cependant pas occulter l'utilisation des autres bonnes pratiques: tel que les rotations de cultures, les engrais verts où l'apport d'amendements riches en micro-organismes utiles.
La solarisation est une forme de pasteurisation, une désinfection thermique du sol (technique agrée dans le cahier de charge de l'agriculture biologique).
Elle consiste à élever la température du sol pendant une durée assez longue (au minimum 45 jours) pour détruire certains pathogènes présents dans le sol, ainsi que les graines de plantes adventices.
Pour permettre cette élévation de la température, un paillage plastique transparent est posé en contact direct sur le sol humidifié. L’eau stockée assure la transmission de la chaleur en profondeur par conduction.

Les effets sont multiples :
- Sur les agents pathogènes du sol : la solarisation est efficace contre certains champignons, bactéries et virus (Virus du Big Vein, Sclerotinia, Rhizoctonia, Pythium, Fusarium ....).
- Sur les nématodes : l’efficacité de la solarisation est limitée et très dépendante de la bonne mise en oeuvre de la technique et de sa répétition sur plusieurs années, surtout en sol très infesté.
- Sur les micro-organismes utiles : la solarisation a un effet plus destructeur sur les pathogènes que sur la microflore utile du sol. Cet effet sélectif permet de préserver les champignons antagonistes (utiles) comme les Trichoderma.
- Sur les plantes adventices : la solarisation détruit la plupart des graines.

Il est conseillé de mettre en place la solarisation entre le 15 juin et le 15 juillet (période la plus favorable) et de la laisser en place sur une durée de 45 jours minimum. Son action sera certaine sous une serre, en extérieur son efficacité est dépendant de la zone géographique (possible en climat méditerranéen)

Préparation d'une solarisation
Pour augmenter l'efficacité de la solarisation, il est souhaitable de déchausser les bords de la serre.

Cela permettra d'enterrer le plastique dans un creux, au plus près des poteaux.

Préparation d'une solarisation
Travaillez finement le sol.

Effectuez un ratissage pour aplanir parfaitement.

Préparation d'une solarisation
Effacez au motoculteur les empreintes de pas.

Répétez l'opération de ratissage.

Après avoir effectué le nivelage complet de la serre, faite le plein en eau.
Un arrosage abondant par aspersion, de 50 à 80 mm voire plus (à adapter selon la nature du sol).

Le sol doit rester humide pendant toute la durée de la solarisation.


Choisir un paillage plastique transparent, «spécial solarisation», de 30 à 50 microns d’épaisseur, non micro-perforé, traité anti-UV, résistant à 700 heures d’ensoleillement.
Pour la largeur du film, mesurer la largeur du tunnel ou de la chapelle et ajouter 50 cm.

Préparation d'une solarisation
Les premiers jours de solarisation sont déterminants pour éliminer les adventices en germination, notamment le pourpier.

Consulter la météo pour être certain de bénéficier, dès la pose du paillage, d’au moins 3 jours consécutifs de grand soleil afin d’obtenir une élévation rapide de la température sous le film plastique.

Ne fermez jamais complètement la serre au risque d'endommager les bâches de la serre.

Par contre, les bâches de la serre ne doivent pas être blanchies.

Préparation d'une solarisation
Mise en culture, suite à une solarisation sur une serre infestée de nématodes.

Aucune action de désherbage n'a ici été effectuée !!!